sandrine-michoud-quietude-de-etre
sandrine-michoud-quietude-de-etre
Sandrine Michoud

Qui suis-je ?

Découvrir

Femme en chemin, femme en joie de l’accueil et de la rencontre, sensible, depuis toujours à la recherche du sens de l’Humain et de sa Conscience, animée par la transmission…

Mon parcours se dessine en multiplicité, en perpétuelle re-création, en apprenti-sage, sans jamais avoir l’audace d’être arrivée, je tente de vivre, simplement, pleinement.

Nombreux ont été ceux que j’ai croisés, et de chacun, j’apprends.

Premiers pas en conscience dès l’adolescence par l’expérience de la danse, de l’expression théâtrale, c’est sur scène que mon hypersensibilité s’exprime.

Becketienne dans mes études sur un « Godot » que je ne trouve pas mais qui valide un DEA d’Arts du Spectacle, je cherche aussi à mieux saisir ce monde qui m’interroge à travers un DESS de Sociologie de la Culture.

Un stage de danse me met en présence de l’immense Merce Cunningham, et là, ce que je perçois m’interpelle : il entre dans la pièce, il a 72 ans, un corps de danseur abîmé, mais je ne le vois pas.

Je ne capte qu’un immense rayonnement, et je sens que les corps se font plus légers, les jambes se délient, les bras deviennent fluides.

De quelle magie est-il porteur ?

Sans qu’il le sache, sans que je le sache moi-même, cette rencontre m’ouvre la porte d’une quête qui me conduira à l’énergétique.

Elle ne se refermera jamais.

Je cherche à comprendre, voyage en Chine, en Mongolie et au Tibet, découvre d’autres façons de communiquer, de soigner, d’autres peines, d’autres joies…

Je suis marquée par cette petite fille, au monast